Guide santé : les huiles essentielles de A à Z
BIENVENUE | AVERTISSEMENT | COMMENT SE SOIGNER | HE TOXIQUES/AUTORISEES | SYMPTOMES | PARTENAIRES
ACCUEIL                                 

- Nouveau site -

homeopathieL'homéopathie de A à Z

- A -

Achillée Millefeuille
Ail
Ajowan - Thym Indien
Aneth
Angélique
Armoise

- B -

Badiane - Anis étoilé
Basilic
Baume de Tolu
Baume du Pérou
Bay
Bay Saint Thomas - Bois d'Inde
Benjoin
Bergamote
Bois de Rose
Bouleau

- C -

Cade
Cajeput
Camomille Romaine et Allemande
Camphre
Cannelle
Cardamome
Carotte
Cèdre Atlas et Himalaya
Céleri
Christe Marine
Ciste Ladanifère
Citron
Citron vert
Citronnelle de Ceylan et de Java
Coriandre
Cubère
Cyprès
Cumin

- E -

Encens
Epinette
Estragon
Eucalyptus
Eucalyptus Citronné
Eucalyptus Cryptonifère
Eucalyptus Globuleux
Eucalyptus Mentholé
Eucalyptus Radié

- F -

Fenouil

- G -

Galangal
Gaulthérie
Gaulthérie Odorante
Genévrier
Genièvre
Géranium
Géranium Rosat
Gingembre
Girofle

- H -

Hélichryse d'Italie - L'Immortelle
Hysope

- I -

Inule

- J -

Jasmin

- K -

Katafray
Khella

- L -

Lantana
Laurier Noble
Lavande Vraie
Lavande Aspic
Lavandin Super
Ledum du Groenland
Lemon Grass
Lentisque Pistachier
Leptosperme Citronné
Livèche

- M -

Mandarine
Manuka
Marjolaine
Mélisse
Menthe Poivrée
Muscade
Myrrhe
Myrte

- N -

Nard Jatamansi
Néroli
Niaouli

- O -

Orange
Origan Compact

- P -

Palmarosa
Pamplemousse
Patchouli
Persil
Petit Grain Bigaradier
Pin
Poivre de la Jamaïque
Poivre noir

- R -

Ravensare
Ravintsare - Camphre de Madagascar
Romarin
Romarin Camphre
Romarin Cinéole
Rosalina
Rose - Roses de Damas

- S -

Santal - Santal Blanc - Bois de Santal
Sapin Baumier
Saro
Sarriette
Serpolet

- T -

Tagete
Tanaisie Annuelle
Tea Tree
Thuya
Thym

- V -

Vanille
Verbénone
Verveine Odorante
Verveine Yunnan
Vétiver
Violette

- X -

Xanthoxylum

- Y -

Ylang-Ylang


- Liens -

Huiles essentielles
Informatique
Creez votre blog

 


huile essentielle d'ail (Allium Sativum)



PRINCIPAUX SYMPTOMES

Attention : en raison des principes actifs particulièrement puissants qu’elle contient (en particulier l’alliine, l’allicine et l’allinase), l’huile essentielle d’ail est dermoagressive et dermocaustique c'est-à-dire qu’elle peut entraîner des lésions cutanées importantes si elle est utilisée trop fréquemment, en trop grande quantité et non diluée sur la peau. A ce titre l’utilisation de cette huile est fortement déconseillée aux personnes présentant des peaux sensibles ou allergiques et totalement proscrite pour les femmes enceintes ou allaitantes ainsi que pour les jeunes enfants. Pour les autres, retenez que comme pour la majorité des autres huiles, l’huile essentielle d’ail ne doit pas être utilisée pure sur la peau (son odeur d’ailleurs vous en découragera, odeur que vous pouvez masquer en rajoutant par exemple quelques gouttes d’huile essentielle de lavande pour une ou deux gouttes d’huile essentielle d’ail le tout dilué dans une cuiller d’huile végétale)

Dermatologie :

  • Piqûres de moustiques
  • Piqûres de puces
  • Piqûres de teigne
  • Démangeaisons à la suite de piqûres ou de morsures
  • Boutons infectés à la suite de ces démangeaisons
  • Traitement des peaux à tendance acnéique
  • Traitement des infections cutanées
  • Certains herpès
  • Traitement de la gale
  • Cors
  • Durillons
  • Verrues
  • Traitement des infections fongiques
  • Champignons, champignons type levure (traitement des mycoses)
  • Traitement des mycoses aigues (dues uniquement au champignon) ou chroniques (diminution de la protection immunitaire favorisant l’apparition et l’installation de ce type de mycose qui devient alors un symptôme)
  • Infections à candidas albican (candidoses)
  • Pieds d’athlète
  • Muguet (muqueuses tachetées de blanc et de plaques rouge vif) vaginal
  • Muguet labial
  • Muguet buccal
  • Mycose des pieds, des orteils avec ou sans décollement des ongles des orteils.

Appareil urinaire / reproducteur :

  • Infections génitales à candidas albican (candidoses)
  • Infections génitales fongiques
  • Mycoses et infections vaginales (attention ici à la dilution qui doit être maximale. Pour le traitement des parties génitales ou des muqueuses qui sont des zones à peau très fine et nervurée, préférer l’huile essentielle de tea-tree. C’est tout le problème de l’huile essentielle d’ail : elle est redoutablement efficace mais tellement puissante que mal utilisée elle peut provoquer plus de mal que de bienfaits.
  • Muguet vaginal
  • Certaines mst
  • Cystites
  • Urétrites
  • Inflammations de la vessie

Système cardiaque :

Attention : Les huiles essentielles ne sauraient en aucun cas traiter une pathologie cardiaque. En conséquence tout trouble installé et vif avec douleurs thoraciques même légère, fourmillement et / ou essoufflement doit vous inciter à consulter immédiatement.

  • Dérèglements cardiaques légers avec troubles du rythme et ensemble de sensations imputables au stress ou à l’épuisement.
  • Arythmie légère (traitement d’accompagnement uniquement)
  • Tachycardie légère (traitement d’accompagnement uniquement)
  • Sensation d’oppression cardiaque.
  • Excès de cholestérol (traitement d’accompagnement uniquement)
  • Hypertension artérielle (traitement d’accompagnement uniquement)

Système digestif :

  • Indigestions
  • Intoxications
  • Excès alimentaires (surtout excès de graisses)
  • Ballonnements
  • Flatulences
  • Nausées
  • Coliques
  • Diarrhées
  • Gastroentérites virales
  • Crampes et spasmes de l’intestin et de l’estomac
  • Certains symptômes du syndrome du colon irritable (SCI)



HISTORIQUE

Pour ce que l’on en sait dans la mesure où les origines de cette plante inestimable se perdent dans la nuit des temps, l’ail serait d’abord apparu dans les vastes plaines d’Asie Central. Eh oui, l’ail n’est pas contrairement à ce qu’on imagine communément une plante des pays chauds mais d’abord un bulbe des pays froids et en l’occurrence des steppes gelées de l’actuel kazakhstan.

A l’origine, l’ail pousse en touffes comme de la mauvaise herbe alors que c’est loin d’en être une (c’est d’ailleurs le cas aussi de l’Achillée qui pousse à l’état naturel comme du chiendent). C’est un bulbe qui pousse à l’état sauvage et qui a besoin de peu d’eau et de nutriments pour se développer. Peu de chaleur aussi.

Outre ses extraordinaires qualités culinaires et médicales, c’est sans doute ce caractère exceptionnellement rustique et résistant qui a permis à l’ail de conquérir l’Asie et l’Europe au fil du temps et des invasions.

Au début de notre ère, dés 3000 ans avant JC, l’ail est essentiellement connu en Chine pour ses vertus médicinales et culinaires. Les scribes du royaume de Sumer et la ville d’Ur en vantent aussi les bienfaits sur des tablettes d’argiles dont on retrouvera quelques exemplaires à Ninive et dans les vestiges de la grande bibliothèque d’Hammurabi.

Il y est dit que l’ail rend immortel et que c’est grâce à lui que le grand héros sumérien Gilgamesh retrouva Utnapishtin, le survivant du grand déluge de la Bible qui vivait encore grâce au pouvoir de l’ail.

Toutes les grandes civilisations ont domestiqué l’ail et ont bénéficié de ses bienfaits. Ainsi les Egyptiens distribuaient des gousses entières à leurs esclaves des pyramides pour les fortifier. On a retrouvé aussi de nombreux colliers d’ails dans des sarcophages de pharaons. Ce sont les égyptiens qui ont découverts les propriétés de l’ail contre les morsures de serpents en frottant des gousses sur la plaie pour neutraliser le venin.

D’après la Bible et le Livre de l’Exode, la manne céleste qui tombait du ciel pour nourrir les milliers d’Hébreux fuyant l’Egypte et les troupes du pharaon Ramsès II aurait été composé entre autre d’oignons et d’ail, mets dont les Hébreux auraient largement eut le temps de plaindre l’abondance au cours des quarante d’ans d’errance dans le désert que dura leur exode vers la Terre Promise.

Pourtant, le livre des Nombres dit aussi que durant cet exode l’ail apporta de grands bienfaits aux tribus de l’exode et qu’il soigna de nombreux maux et de nombreuses blessures en particulier dues aux serpents.

Les grecs pour leur part appelaient l’ail la rose de puanteur ou rose puante. Les grands médecins et philosophes grecs citent très tôt les bienfaits thérapeutiques de l’ail que l’on fait distribuer aux soldats, aux ouvriers et aux esclaves pour les renforcer et les aider à lutter contre les maladies et les blessures.

Comme on va le voir pour les romains, l’ail jouissait dans ces deux grandes civilisations à la fois d’une réputation remarquable et d’une sorte de défiance sans doute due à son odeur repoussante aux aigreurs qu’elle provoque à l’estomac quand on la consomme en grande quantité. Ainsi chez les grecs et les romains, l’ail était-il réservé prioritairement aux classes pauvres et aux militaires.

Pour les classes riches, ce condiment bien que bénéfique avait une odeur trop repoussante et certains poètes et médecins comme Horace ont prétendus que l’ail était plus empoisonné encore que la ciguë.


PRINCIPALES INDICATIONS THERAPEUTIQUES (les différents soins associés à ces indications sont à découvrir dans la rubrique « soins »)

Action préventive à large spectre : la première et principale indication de l’huile essentielle d’Ail est son action préventive très large sur l’organisme. Prévention contre les infections, préventions contre les maladies cardio-vasculaires et les maladies du cœur en général, prévention contre les risques liés à l’hypertension et prévention de l’obésité, prévention contre les pathologies digestives et respiratoires, prévention contre les maladies de peau, les maladies nosocomiales, les maladies respiratoires (maladies transmissibles), les maladies des intestins, les maladies des ongles et les maladies de la langue (infections buccodentaires). Par extension, prévention à large spectre contre tous les déséquilibres internes qui pourraient entraîner à force le développement de ces différentes pathologies par affaiblissement progressif du système immunitaire. Le mot clé de cette huile essentielle particulièrement précieuse est donc la prévention. Ce qui signifie qu’elle sera puissante pour maintenir à l’équilibre un organisme relativement sain mais qu’on lui préfèrera d’autres huiles essentielles lorsqu’il s’agira de traiter directement un symptôme (une infection cutanée par exemple) plutôt que la raison profonde de ce symptôme (le déséquilibre de l’organisme qui aura laissé s’exprimer cette pathologie).

Prévention des infections fongiques externes : la seconde indication de l’huile essentielle d’ail concerne les infections fongiques externes, c'est-à-dire des infections le plus souvent dermatologiques ayant pour origine des champignons. Ce sont par exemple les mycoses et infections vaginales (sans effets sur les infections vaginales à streptocoques), les candidoses (infections à candidas), le muguet vaginal et / ou muguet buccal (muguet de la bouche), les infections sexuellement transmissibles fongiques et maladies sexuellement transmissibles fongiques (mst), certaines infections dentaires successives aux infections fongiques buccales (déchaussements, abcès), tout type d’infection génitale et infection gynécologique fongique, primo infections et infections du pénis, infection du clitoris, certaines infections anales fongiques, infection bouche de type fongique, infection du nombril, infection de la langue, infection de la peau, infection du pied (pied d’athlète), infection latente fongique, mycoses des pied, mycose des ongles, mycose génitale, mycose du pénis, mycoses vaginales fongiques, mycose de la langue, mycose du gland, certaines mycoses anales, mycose dans la gorge », mycose à la verge, mycoses à candida albican, et par extension toutes les infections non bactériennes, microbiennes ou virales sur lesquelles donc les antiseptiques et / ou les antibiotiques sont absolument sans effet tels que les mycoses des pieds, des mains, du pli des genoux.

Prévention des infections nosocomiales de type fongiques : toutes infections mycosiques cutanées ou internes contractées en milieu hospitalier.



Prévention des infections fongiques internes : les infections fongiques peuvent aussi demeurer invisibles c'est-à-dire sans expressions ni symptômes cutanées. Il peut s’agir d’infections à champignons type levures ou moisissures s’attaquant à la paroi de l’œsophage, de l’estomac ou de l’intestin (infection du colon ou mycose intestinale fongique). Au stade des connaissances de l’aromathérapie, l’huile essentielle d’ail est une arme redoutable contre tous les types d’agents fongiques internes responsables des ulcérations et des douleurs gastro-intestinales à l’exception notable (et regrettable) d’helicobacter pylori responsable de la plupart des gastrites, des ulcères de l’estomac et des reflux gastro oesophagien dans la mesure où cet agent est une bactérie et non un champignon. Hormis ce cas particulier, l’huile essentielle d’ail utilisée en capsules gastro-resistantes (infections fongiques internes) ou en badigeons (infections fongiques externes) se révélera une alliée précieuse pour nettoyer votre organisme ou réduire les plaies cutanées d’origines fongiques.

Puissante action insecticide : l’huile essentielle d’ail repousse impitoyablement tous les insectes et soulage rapidement les piqûres de toutes sortes en évitant les infections ou en réduisant rapidement les surinfections. Pour repousser n’importe quel insecte de vos plantations et mettre ainsi en place une véritable barrière olfactive contre les moucherons, les pucerons, les fourmis et les puces, il vous suffit de pulvériser un mélange d’eau et d’huile essentielle d’ail ou même de laisser macérer plusieurs gousses d’ail dans de l’eau. Aucun insecte ne s’approchera plus de vos tomates ou de vos rosiers et même si des larves se sont déjà introduites avant traitement, l’ail se chargera de les asphyxier !

L’huile essentielle d’ail est un puissant désinfectant respiratoire : d’accord son odeur n’est pas des plus commode mais elle vous débarrassera en un clin d’œil d’une sale bronchite, d’une toux grasse et sifflante, d’un encombrement de mucus infecté dans les bronches qu’elle dégagera en libérant puissamment la respiration. Aucun bacille ne résiste à sa redoutable action antibiotique et elle vous fera passer toute congestion des voies respiratoires en un clin d’œil.

L’huile essentielle d’ail est un puissant régulateur de la tension artérielle : elle fluidifie le sang et le purifie de ses impuretés, elle supprime progressivement les dépôts graisseux sur la paroi des artères qu’elle renforce, et surtout elle fortifie le cœur et les poumons. Abusez-en (raisonnablement) si vous avez des problèmes d’hypertension ou de cholestérol.

L’huile essentielle d’ail est un puissant antiseptique gastro-intestinal : elle combat très efficacement les ballonnements et les flatulences, les estomacs encombrés et alourdis par une nourriture trop grasse, les nausées surtout dans la partie haute, les abdomens distendus, les coliques et les diarrhées surtout dans le cas des gastro-entérites virales ou des entérocolites. Vous l’utiliserez à raison à chaque fois que vous avez trop mangé, mangé trop gras ou que vous ressentez des crampes et des spasmes à l’estomac à la suite d’une infection virale ou d’une intoxication alimentaire.

L’huile essentielle d’ail est sudoripare c'est-à-dire qu’elle facilite la transpiration. Vous vous en servirez utilement pour chasser une mauvaise fièvre d’origine bactérienne ou virale ou tout simplement pour nettoyer votre organisme en profondeur après par exemple un excès répété de nourriture. De plus, l’huile essentielle d’ail favorisant la production de bile, elle aidera utilement votre organisme à se décrasser en expulsant naturellement les toxines accumulées dans votre foie et votre vésicule biliaire.

En plus d’un antiseptique remarquable, l’huile essentielle d’ail est aussi un antibiotique naturel : aucun virus ni aucune bactérie ne résistera à son action à large spectre qui agira en profondeur tout en respectant la flore intestinale. Vous l’utiliserez volontiers pour traiter des infections intestinales et urinaires, des cystites et des urétrites à répétition.

L’huile essentielle d’ail est une arme redoutable contre les intoxications alimentaires dues aux aliments avariés : vous l’utiliserez pour combattre les suites d’une intoxication modérée à forte avec spasmes, diarrhées et vomissements, grande soif et peu de fièvre. ATTENTION : les intoxications graves type ingestion de champignons toxiques avec crampes abdominales, hallucinations et grand engourdissement glacé du corps doivent impérativement faire l’objet d’un lavage estomac et d’un suivi hospitalier. De même tout symptôme d’intoxication ne cédant pas rapidement même un peu avec l’huile essentielle, en particulier le symptôme de diarrhée qui peut conduire à la déshydratation rapide des enfants et des personnes âgées doit vous inciter à consulter impérativement un médecin.

En résumé, l’huile essentielle d’ail est un puissant récupérateur des forces de l’organisme et un stimulant remarquablement efficace des systèmes immunitaires fatigués. L’ail nettoiera de plus votre sang, protégera vos artères et votre cœur, stimulera votre vésicule biliaire et désinfectera vos intestins en profondeur.


ail
 
Attention !  Ce site est protégé par un copyright international valable dans toutes les langues et dans plus de 150 pays.
En conséquence, toute reproduction partielle ou non de tout ou partie de ces éléments est formellement interdite et fera systématiquement
l'objet d'un constat d'huissier et de poursuites. Vous pouvez vérifier la validité de ce copyright en cliquant sur le logo à gauche.
Design © 2004 Hersandesign pour kitgrafik Contenu © 2006 : www.huiles-essentielles-sante.com